vendredi, février 24, 2006

Le Carnaval Ice & Fire de Regina s'avère un franc succès

Si vous n'avez pas eu l'occasion de participer au Carnaval Ice & Fire, vous avez raté quelque chose de très bien comme expérience.

Le chandelle dans un chandelier de glace était à l'honneur.



Les danseurs du feu ont ajouté une dimension quasi mystique à l'évènement.


Les lanternes de papier de soie illuminés avec des chandelles gagnent le coeur des participants lors de la procession du samedi soir.

...tout comme le feu de camp au cour du parc en plein centre-ville.


Les chandelles jalonnent la spirale le long du sentier en direction d'Atlantis à la brunante.

Avec la nuit, le parc assume une toute autre identitée quasi mystique.

Pour un sculpteur en particulier, c'est l'environnement à saveur patrimonial qui fut la source d'inspiration.


Les sculptures vraiment originales touchants à des thêmes aussi variés les uns que les autres.

La présence de la communauté francophone a donné un caractère pittoresque à l'événement.

...tout comme le tournoi de «shinney». Il faisait bon de voir le parc utilisé autrement.

On estime à 2,500 le nombre de personnes qui sont venu visiter le Parc Victoria durant la journée de samedi et à environ 300 le nombre des participants aux activités du Bal masqué.

jeudi, février 16, 2006

Quelques ressources internet utiles sur la Saskatchewan

J'ai pensé qui serait utiles pour certains lecteurs d'avoir accès à certaines ressources disponibles sur internet.

J'aime particulièrement le site Web en français de l'Office de coordination des affaires francophones au Gouvernement de la Saskatchewan.

Il y a également le site de l'Assemblée communautaire fransaskoise l'organisme représentant la francophonie d'ici.

Le site du Conseil de la coopération de la Saskatchewan recèle plusieurs ressources utiles.

Voici le site de Radio-Canada en Saskatchewan (CBKF/CBKFT), un incontournable.

Le Canard Réincarné est un blogue qu'il vaut la peine de découvrir lorsqu'on est francophone et qu'on vit à l'extérieur du Québec. Il se décrit comme « Le nouveau média du renouvellement de la Francophonie en milieu minoritaire » et il n'a pas tort.

Il y a l'hebdomadaire fransaskois l'Eau Vive. C'est notre plus précieux média. Il survit à toutes les calamités. Son plus illustre lecteur, c'est le regretté Rolland Pinsonneault, un véritable pionnier du combat pour la survie du français chez nous. Vous ferez sa connaissance en cliquant sur son nom. Profitez-en également pour consulter les autres excellents documents en français que vous y trouverez sur la Saskatchewan.

Côté tourisme, voici le site du Corridor touristique francophone de l'Ouest C'est une excellente ressource de base pour découvrir les provinces de l'Ouest en français.

La Société historique de la Saskatchewan oeuvre comme organisme voué à la préservation du patrimoine fransaskois.

Je termine en vous proposant le site de l'Institut français.

Et il ne faudrait surtout pas oublier le site web de Radio-Canada sur le Centenaire de la Saskatchewan.

L'île tout sourires

Photo: Tourisme Î-P-É, John Sylvester

L'Île-du-Prince-Édouard est un paradis pour les enfants, avec ses kilomètres de plages sablonneuses. Et une petite promenade, comme ici sur la plage de
Brackley, réjouira tout autant les parents.

Petit bout de terre en forme de sourire déposé dans l'océan Atlantique, l'Île-du-Prince-Édouard marie avec bonheur traditions séculaires et plaisirs modernes.

PAR PERCY ROWE

J'ai déjà entendu un professeur, fort sage au demeurant, définir ainsi la civilisation : un endroit où on n'aurait jamais à verrouiller une porte. Et c'est justement la raison pour laquelle il avait choisi de s'installer dans l'Île-du-Prince-Édouard.

Un endroit où l'on vit sans verrous est synonyme de sécurité, de tranquillité. Et la tranquillité est omniprésente dans l'île, des grands hérons, immobiles comme des statues dans les marais, aux rivières, dont le cours semble figé dans leur lit. Ce n'est pas là terre de blé sifflant, de trains de marchandises bruyants, de démesure.

Car non seulement l'Île-du-Prince-Édouard est-elle paisible, elle est également hors norme, dans le registre de l'immensité canadienne. Ici, les forêts sont bosquets, les collines, bourgeons. Elle a été créée pour être admirée dans toute sa splendeur d'une hauteur de 48 pouces. Ce qui en fait un paradis pour enfants.

Pas étonnant qu'elle ait pour icône une petite fille. C'est un endroit si minuscule, selon les standards canadiens, qu'on peut imaginer Anne Shirley sortir de sa maison de Green Gables et arpenter l'île dans toute sa longueur - 274 kilomètres sur ce qui est aujourd'hui une section de la piste transcanadienne - et y arriver sans trop de mal.

Mais il existe bien sûr d'autres moyens de découvrir l'île. J'ai mis 12 minutes précises à traverser en voiture le pont de la Confédération depuis le Nouveau-Brunswick. Il y a un siècle, les pêcheurs, trempés et gelés, ramaient 12 heures durant le long du même détroit pour ramener leurs prises au rivage.

C'est ce que j'ai appris à Gateway Village, un lieu accueillant installé de l'autre côté du pont où un parc, des expositions historiques et des boutiques attendent le voyageur. Tout près de là, une vidéo géante projetée dans une simili coquille de crustacé explique la pêche au homard.


À la fois traditionnelle et moderne

L'île est ainsi : flux et reflux, passé et présent, coutumes séculaires et styles branchés. Ici, ni le premier ministre, ni le chef de l'opposition n'oseraient rater la journée familiale qui marque le coup d'envoi de la saison de la course attelée. Ici, on aime accueillir les CVA - ceux qui viennent d'ailleurs. Ici, un spectacle -Anne of Green Gables - est présenté chaque été depuis 40 ans. Ici, le sol est rouge. Ici, les huîtres de Malpeque, les fraises, les patates nouvelles et les homards sont exquis à se damner.

Si l'île peut être qualifiée de traditionnelle, cela ne veut pas pour autant dire qu'elle est immuable. Une fabrique de confitures mêle fraises et Grand Marnier, par exemple. Tamara Hickey, une vedette de la télé connue dans tout le pays et native de l'île, anime une émission historique multimédia. Et au Spot O'Tea, dans le village du bord de mer Stanley Bridge, les propriétaires - Don Harron et Catherine MacKinnon, stars bien connues des téléspectateurs canadiens-anglais - présentent un programme de chansons et de comédie.

L'Île-du-Prince-Édouard est petite, mais elle aurait pu être encore plus petite ! La rivière Hillsborough et la baie Malpeque la divisent presque en trois. Ces cours d'eau, ainsi que de nombreuses autres rivières peu profondes, permettent des sorties en kayak et en canot parmi les plus colorées (des champs verts, de la terre rousse, un littoral doré) et les plus sécuritaires du monde.

Seules les deux routes d'accès dans l'île sont achalandées (et encore !). L'une à l'est, au point d'arrivée du traversier Wood Islands; l'autre à l'ouest, au point de chute du pont de la Confédération. Toutes deux mènent à Charlottetown. Pour explorer le reste de l'île, mieux vaut louer un vélo ; on trouve quelque 20 boutiques de location dans la province.

Mais si vous devez absolument conduire, essayez de dénicher un sous-sol d'église où l'on sert un souper de homard. Celui de St. Ann's est idéal pour les campeurs installés dans le parc national de l'Île-du-Prince-Édouard. Depuis 30 ans, on y sert des repas composés de généreuses portions de homard, de maïs et de tarte. Ou arrêtez-vous sur un quai truffé de cageots, comme celui de Cardigan.

Et puis dormir. De préférence dans une auberge. Ou encore, pour une expérience unique, au West Point Lighthouse, le premier phare canadien à avoir offert l'hébergement. Et nous devons ce bonheur à « Mme Lighthouse » elle-même - arrière-petite-fille de son premier gardien, également connue sous le nom de Mme Carol Livingstone - qui créa une coop avec un groupe de villageoises.

Aujourd'hui, l'endroit compte neuf chambres, un restaurant, une boutique d'artisanat et un musée. La salle à manger est tapissée de photos de phares qui nous font voyager du cap Bonavista à Key West. On peut également consulter sur place des documents sur les 75 phares de l'île. Sans compter les douceurs du temps présent comme la baignoire à remous, le champagne et un vélo tandem pour les amoureux.

L'Île-du-Prince-Édouard c'est tout cela et... Charlottetown! Une petite capitale de 32 000 personnes. Les Torontois qualifieraient son édifice le plus élevé de maison de poupée. Mais ce qu'elle n'a pas en population et en hauteur, elle le compense largement en histoire et en tout ce qui touche au monde d'Anne.

De la boutique Anne of Green Gables à la salle à manger Lucy Maud, on trouve tout ce qu'il faut dans la capitale pour plaire aux jeunes pèlerins - en grande majorité féminins - venus du Japon, pays où la rousse héroïne et son univers sont des exemples de valeurs familiales et sujets scolaires. Autre endroit où les amateurs d'Anne trouveront leur compte : la région de Cavendish, sur la rive nord, où l'auteure a puisé son inspiration et où on peut admirer la célèbre ferme « aux pignons verts ».

Rayon histoire, Charlottetown garde la cote. D'abord, il y a Province House, où l'idée d'une nation unie fut élaborée pour la première fois. Puis le centre-ville, où des étudiants en chapeaux hauts de forme et en redingotes jouent des saynètes dans les rues. Sans compter la toute nouvelle Salle des fondateurs et son Tunnel à voyager dans le temps, qui plonge les visiteurs en 1864, au cœur de l'histoire canadienne.

À l'ordre du jour : Sir John A. et les autres « pères » sont assemblés pour tenter de créer une nation. Mais c'est plutôt le cirque Slaymakers et Nichols Olympic Circus, en ville pour la première fois en six ans, qui retient toute l'attention. Jusqu'à ce que Sir John offre du vin tiré de sa réserve personnelle pour accompagner les huîtres. Charlottetown donne alors une grande fête. Après cette gestation, si on peut dire, le Canada était né.

Ici, l'histoire se laisse goûter avec plaisir. Pas de longs exposés, pas de souffrance. Parfaitement de mise pour une île tout sourires.


Pour de plus amples renseignements sur cette destination ou sur d'autres destinations canadiennes, visitez le site de la Commission canadienne du tourisme à l'adresse www.voyagecanada.ca.

source: Commission Canadienne du tourisme Cette reproduction n'est pas présentée à titre de version officielle du contenu reproduit, ni dans le cadre d'une affiliation et/ou avec l'appui de la Commission canadienne du tourisme.